L’offre digitalisée des banques concurrencée sur le web

S’intéressant au développement des banques en ligne, la dernière présentation de l’Observatoire Orange-Terrafemina pointe les nouveaux acteurs financiers issus de l’industrie numérique ou même des réseaux sociaux, ravivant dans la foulée les modèles de finances participatives. Au gré des nouvelles technologies de la communication, les banques ne maîtrisent plus tous les circuits financiers.

La 15e édition du baromètre de l’Observatoire Orange-Terrafemina analysant les pratiques des Français sur Internet pose la question « Banques et assurances : prêts pour le tout digital ? ». Cette interrogation s’adresse aussi bien aux clients qu’aux établissements. L’enquête réalisée auprès des usagers par l’institut CSA apporte en première réponse que les clients les plus réceptifs au tout digital sont essentiellement les générations de jeunes actifs, plutôt cadres ou profession libérale et utilisateurs des nouveaux moyens de communication.

Du côté des enseignes, Web Lab – agence Treize articles constate que la digitalisation des produits et services bancaires est déjà parfaitement accomplie, l’offre des banques se montrant à la fois très élaborée et capable d’assurer un suivi clientèle multi canal.

Si elles sont prêtes à couvrir toutes les attentes des usagers en termes de gestion à distance et d’informations financières, sont-elles aussi bien préparées pour s’affirmer dans un univers où d’autres acteurs proposent des services financiers moins chers et pertinents ?

De nouveaux concurrents

La digitalisation des services bancaires se fonde sur des modèles économiques à bas coûts permettant de proposer une offre avantageuse. Tellement avantageuse que certaines enseignes bancaires 100% en ligne offrent gratuitement leurs services, dont le compte courant avec carte Visa. C’est déjà le cas de Simple aux États-Unis.

Les banques en ligne sont également en compétition avec des enseignes qui ont accompagné le développement des boutiques en ligne afin d’en faciliter les procédures de paiement dont Paypal, amazonpayments ou Google wallet Ces portes-feuilles électroniques évoluent vers des services bancaires de plus en plus complets.

Les réseaux sociaux ont également vocation à développer des services financiers pour leur communauté. Par exemple, ont déjà été testés les facebook Credits qui permettaient aux abonnés de régler des achats sur le réseau. Ils achetaient préalablement ces crédits, comme des jetons dans une salle de jeu. Ce dispositif n’a plus cours aujourd’hui mais dans une communauté internationale d’une telle ampleur, l’adoption d’une unité d’échange indépendante est parfaitement envisageable.

Enfin, les opérateurs de téléphonie mobile engagent à leur tour des services de m-banking. L’exemple est donné par « Orange Money », la société Orange proposant un service de paiement sans contact aux populations d’Afrique et du Moyen-Orient qui disposent souvent d’un mobile mais pas forcément d’un compte en banque.

La renaissance des modèles participatifs

Pour financer ses projets, un créateur peut toujours recourir à la collecte de dons. Cette solution a longtemps été confinée à un cercle d’amis et de parents proches. Aujourd’hui, les plateformes de crowdfunding lui donnent un plus grand écho. Sur « Ulule » ou « KissKissBankBank », les internautes peuvent faire des dons sur des projets en échange de cadeaux. Sur Wiseed des votes sont organisés sur les projets de startups sélectionnés et les internautes en deviennent actionnaires.

Se développent également des plateformes spécialisées dans le microcrédit, comme le site Babyloan qui propose à des micro-entrepreneurs dans le monde entier un micro-financement à taux 0%. Ce financement gratuit est extrêmement offensif pour les établissements traditionnels, leur détournant une partie de leur clientèle, mais à la fois obligatoire puisque cet organisme n’est pas une banque et n’a pas le droit de prélever d’intérêt. La loyauté de la concurrence est faussée par la réglementation elle-même. Toutefois, ces financements solidaires s’adressent à une clientèle particulière pour laquelle les banques ne se battent pas forcément.

Plus dérangeant, sous l’impulsion des réseaux sociaux, le financement « peer to peer » gagne de l’importance. Le prêt entre particuliers est censé rapporter plus à celui qui prête et coûter moins à celui qui emprunte, puisqu’ils font l’économie de la commission de l’intermédiaire. Cette alternative au système bancaire est  encouragée aux États-Unis, faisant l’objet d’une nouvelle réglementation voulue par Barack Obama et s’inscrivant dans le programme de relance de l’économie.

En France, ce système ne supplante pas totalement les acteurs traditionnels. Les sites Prêts d’Union ou Friends Clear passent par des partenariats bancaires et financiers et disposent de l’agrément de la Banque de France.

Le développement des communautés sur le web autorise enfin l’usage de monnaies virtuelles en totale indépendance d’une quelconque organisation bancaire ou gouvernementale. Exclusivement en circulation entre les abonnés, ces monnaies cryptées servent à régler leurs transactions mutuelles sans sortir leur carte de crédit. Circule déjà le Bitcoin, démontrant la viabilité du « peer to peer banking ».

L’ensemble de ces circuits alternatifs concurrence directement les services bancaires. Souvent initiés dans un cadre solidaire, voire caritatif, ces plateformes facilitant le prêt entre particuliers ou la collecte de dons, attirent l’attention des gouvernants en quête de solutions pour relancer la croissance. Il appartient dorénavant aux banques de se positionner face ces nouvelles offres qui empruntent les mêmes arguments commerciaux.

Vous pouvez également lire d'autres articles du même acteur :

50 € offerts sur le compte Hello bank

La nouvelle banque digitale Hello bank offre une prime de 50 € pour toute première ouverture en ligne d’un compte courant jusqu’au 31 mai 2017. La nouvelle campagne de bienvenue chez Hello bank Hello bank accorde une prime de bienvenue (Lire la suite…)

Boursorama Banque fait évoluer son compte bancaire avec l’offre Welcome

Un compte courant sans conditions de revenus ni d’encours, c’est tout simplement le retour au compte bancaire payant ouvert à tous sans distinction, et plus particulièrement aux jeunes adultes. L’offre Welcome, exclusivement en ligne et sur mobile, est entièrement conçue (Lire la suite…)

Boursorama présente sa nouvelle identité visuelle

En janvier 2015, la banque directe du groupe Société Générale déploie une nouvelle identité visuelle. Celle-ci se décline en un nouveau logo et un nouveau slogan : « La banque en ligne avec vous ». À cette occasion, Boursorama reprend sa campagne publicitaire (Lire la suite…)

Prime de 80€ sur les comptes Tout Compris et Tout Compris Premium chez monabanq.

La banque en ligne poursuit son offre d’une prime de 80 euros à l’ouverture d’un Compte Tout Compris et introduit nouvellement ce privilège au Compte Tout Compris Premium. 80€ sur le Compte Tout Compris La filiale bancaire en ligne du (Lire la suite…)